• Vision future

     Ailleurs, au fin fond de l’univers, notre vision se transforme, et nous voyons ce que la Terre sera, ce que l’homme détruit peu à peu, en créant autre chose. Une sorte de miroir divinatoire en somme. Après quelques instants passés à contempler notre avenir, un léger « clic » se fait entendre, un capteur s’aperçoit de notre présence et nous voilà aspirés en pleine destruction de la Terre. Il y a une sorte de clair de terre au milieu de l’obscurité de la nuit, non pas crée par le soleil, mais par la gerbe de magma en fusion qui, tel un feu d’artifice, vient d’exploser au-dessus de nos têtes.

         Tout d’un coup, comme si le fichier du temps n’était plus compatible avec l’ordinateur de notre vue, nous nous retrouvons 100 ans plus tard, sur une terre dévastée par la bêtise de l’homme. Comme le vaisseau spatial avait été téléporté en même temps que nous, nous eûmes l’idée de manipuler un humain de notre équipe pour recréer des gens qui pourront à leur tour avoir de brillantes idées pour reconstituer une terre pérenne, ne désirant plus vivre dans la crainte de l’autodestruction de notre fragile univers. Après maintes expérimentations, nous eûmes notre premier humain. Il était déjà adulte, et, enhardis par ces succès, nous fîmes d’autres représentants de ce qui serait bientôt la race humaine. Les clônes ne chômaient pas non plus, veillant à une reproduction plus naturelle de leur lignée.

         Mais peu à peu, les radiations nucléaires nous revinrent, affectant les génomes des parents, affublant leurs enfants de membres en trop, de maladies proliférant telles des mauvaises herbes. Mais ce n’était pas tout, les gens ainsi que nous, commencèrent à enfler, à gonfler, notre peau se teinta de gris, de violet, de rouge-orangé, devint dure comme une carapace. La Terre se vengeait : elle recréait des dinosaures à partir de la matière que nous sommes, et, aussi sûr que deux et deux font quatre, la météorite allait nous détruire, rendant la Terre stérile de toute vie animale, et l’immense cycle du temps allait recommencer. Les singes évolueront, les humains redétruiront la Terre… Mais la Terre n’était pas éternelle, pensais-je, aussi, peut-être qu’au beau milieu de cette spirale infernale elle implosera, se disloquera en un millier de particules de poussière, et ce sera la renaissance du Big-Bang.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :