• Chap. 5 En équilibre

    Le cocon se déchirait. Le mandibules de cette Aguénara claquaient. Elle avait faim. Je me décidais. Je sautais hors de cette enveloppe et rebondit sur la toile. Déséquilibrée, l'Aguénara fit un faux mouvement et une de ses pattes trancha un fil. Un trou béant s'ouvrit dans la toile. Paniquée, la bestiole ne s'occupa plus de moi pour aller rafistoler sa toile. J'en profitais. Je me saisissais du fil libre et me jetais dans le trou. J'arrivais au sol sans trop d'encombres. Là, je me mis en quête d'un abri sûr. J'optais pour une cabane surélevée dans les arbres. Je devais la finir avant la nuit, car je pensais que si le jour recelait autant de prédateurs, la nuit devait être mortelle. Je travaillais d'arrache-pied jusqu'au coucher du soleil. Là, je me posais la question suivante : comment faire de feu. J'avais bien entendu parler de la méthode des Indiens, mais elle était plutôt difficile à mettre en oeuvre. Pourtant, je réussis à faire s'élever une flamme. Mes force déclinaient avec le jour, et je dus chercher de quoi me nourrir. Pas d'herbivores, et je n'osais aller trop loin de peur de rencontrer un Tréüs. Je me contentais de fruits au goût de steak et d'eau bleu turquoise. Je baptisais les fruits "rumsteak végétaux". Cela me fit rire. Je n'avais pas ri depuis bien longtemps ! Je m'endormais sur ce qui me semblait être un tas de feuilles de palmier. Quand le jour se leva, je constatais que je n'étais plus seul...


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :