• Chap. 4 Piégé !

    Noire, elle était toute noire. Des sortes d'aiguilles à tricoter prolongeaient ses pattes. Ses yeux étaient de la couleur du mercure. Ses mandibules étaient énormes, et de la salive en dégoulinait. Le fil qui sortait de son abdomen était blanc pâle, et avait une consistance gluante et gélatineuse, comme la toile. Celle-ci frémissait, mais seuls mes tremblements en étaient la cause. J'allais mourir dévoré comme un vulgaire insecte ! Puis je compris. L'araignée était le plus grand prédateur ! Les Tréüs faisaient office d'insectes ! Je sursautais, me tortillais encore, puis dans un dernier soubresaut, m'évanouissais. Quand je me réveillais, j'étais emmitouflé dans un cocon gluant. Puis, soudainement, l'enveloppe bougea. J'essayais déséspérément de me rappeler de ce que faisaient les araignées après. Elles empaquetaient leur proies et après elles les mangeaient. Elles les mangeaient ?! J'allais mourir après avoir échappé à un Tréüs, à une cascade, au tunnel, à la mort quand je tombais, tout ça pour finir en simple amuse-gueule pour un insecte géant ! Le cocon se déchira, et dehors, des yeux de mercure m'attendaient...


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :